les paysages des Pyrénées [le blog]

Les Pyrénées, source inépuisable de merveilles.
lundi 25 septembre 2017
Contact  - Newsletters - News  

  

L’étang d’Izourt – 1647 mètres (Ariège)

Par • 4 Jan, 2014 • Catégorie: Randonnées


Le départ de cette randonnée se fait depuis la centrale électrique des Pradières, à 1183 mètres, sur la commune de Artiès dans la haute vallée du Vicdessos. Ce village est situé à une altitude de 985 mètres et est un village à vocation pastorale.
Un grand parking, au bord d’un ruisseau, est le point de départ de cette randonnée d’1h30 à la montéeet (dénivelée : 500 mètres). Dès le départ, un panneau: Izourt – Fourcat. On ne peut donc pas se tromper de chemin! Nous prenons une petite route, inaccessible en voiture car privée. Nous la suivons pendant une dizaine de minutes. Elle se confond avec le GR10. Au loin, sur la gauche, un gros tuyau d’acier achemine l’eau des étangs d’Izourt et de Gnouire (situé au-dessus d’Izourt) vers la centrale que nous longeons.
La météo n’est pas super, le ciel est bouché et la température plutôt fraiche. Mais ça ne va pas durer… Au bout de cette route, un sentier montagnard nous attend bordé par des hêtres et bouleaux. Le GR10 continue maintenant sur la gauche, dans un sous bois au-dessus de la rivière. Sur notre droite, on peut voir le téléphérique de la centrale.
Le ciel commence à s’éclairer. Nous laissons derrière nous un nuage de brume sur la vallée d’Artiès. Plus les minutes défilent, plus le ciel se dégage et voici un beau ciel bleu. En nous retournant, on distingue enfin les sommets.
Après environ 1h00 de montée, la forêt laisse peu à peu place aux herbages et escarpements rocheux dans lesquels sont nichés les Orrys. Genêts et rhododendrons sont si judicieusement disposés sur les pentes qu’on croirait que des jardiniers ont procédé à leur plantation. Nous voici à la Jasse de la Coume. Les Orrys sont en fait des cahutes en pierres des plus inconfortables où vivaient jadis les bergers. Leurs troupeaux venaient paître dans ce petit cirque herbeux. Nous quittons les Orrys, pour poursuivre notre randonnée vers ce fameux étang. Petit coup d’oeil derrière nous, plus un seul nuage.
Le sentier devient maintenant un peu plus rude, mais c’est de courte durée. Enfin la vue s’amplifie, de grands sommets se découpent dans le ciel. Dommage que les fils du téléphérique gâchent un peu le paysage. Encore un petit effort.
Nous voici enfin arrivés : Etang d’Izourt 1647 mètres. Beaucoup de bâtiments se trouvent au sommet près du barrage.Le site est de toute beauté. Le silence y règne. Les reflets du ciel bleu et des sommets environnent lui donnent des couleurs surprenantes et changeantes. A déguster des yeux, tout simplement. Un refuge pour les randonneurs se trouve parmi les restes des bâtiments construits il y a plus d’un siècle pour les ouvriers travaillant à l’édification du barrage.
Une douce montée plaisante, des Orrys témoins d’anciennes activités pastorales, et au bout : l’étang. Il a tout pour plaire : sa couleur, ses berges aux teintes pastel, les grands sommets qui l’environnent. Après une pause déjeuner bien mérité, il est temps de redescendre. Encore un dernier regard vers le Sud pour admirer le torrent provenant des étangs supérieurs du Fourcat qui dégringole dans un grand couloir. Lors de la descente, nous profitons de ce beau ciel bleu pour admirer ce superbe paysage ainsi que la flore, comme par exemple, un Petit Rhinanthe.


Un clic sur la miniature pour un affichage en grande taille.
Crédit photos : © http://www.pixels-evasion.com
 

 

 

Sylvain, webmaster des paysages des Pyrénées [le blog]
Contact  -  Newsletters  -  Twitter  -  Facebook  -  Flux RSS

Laisser un Commentaire